Egon Schiele

2 octobre 2012 – 6 janvier 2013

Egon Schiele

retrato-egon-schiele
Johannes Fischer, Egon Schiele, 1918

BIOGRAPHIE

Egon Schiele est né en 1890 dans la petite ville de Tulln, en Basse-Autriche, au sein d'une famille bourgeoise de fonctionnaires. Il est élevé avec ses deux sœurs, Mélanie (1886−1974) et Gertrude (1894−1981).

Dans sa période scolaire, déjà, Schiele dessine avec profusion. Au collège de Klosterneuburg, le peintre Max Kahrer est un de ses premiers mentors et lui enseigne différentes techniques artistiques.

En raison de ses mauvais résultats scolaires, sa mère décide de lui faire quitter l'école plus tôt. Son talent pour le dessein le pousse à suivre une carrière artistique.

En octobre 1906, presque deux ans après la mort de son père, il passe avec succès l’examen d'admission dans l'Académie des Beaux-Arts de Vienne. Son professeur est le peintre d'histoire Christian Griepenkerl.

En 1909, il participe à l'Internationale Kunstschau (Exposition Internationale des Beaux-Arts), qui rend hommage à Gustav Klimt et où débute Oskar Kokoschka. L'œuvre de Schiele est encore sous l’influence de Klimt et du Jugendstil viennois.

En signe de protestation contre son professeur, il crée, avec certains camarades de classe et d'autres personnes partageant des idées similaires, le Neukunstgruppe (Groupe de l'Art Nouveau). En 1909, il quitte l'Académie. À l'occasion de la première exposition du Neukunstgruppe, Schiele rencontre l'influent critique d'art Arthur Roessler.

En 1910, a lieu le changement de cap artistique vers l'Expressionisme : avec son nouveau chromatisme expressionniste, Schiele se rebelle contre le naturalisme et contre l'influant Jugendstil viennois ; dans son œuvre émergent avec un énorme brio de nouveaux thèmes, comme le nu érotique, les femmes enceintes et, en particulier, l'autoportrait.

En 1911, il fait la connaissance de Walburga (« Wally ») Neuzil, qui deviendra sa modèle préférée et sa compagne jusqu'au mariage de l'artiste, en 1915, avec Edith Harms.

Sa carrière artistique est interrompue quand, en avril 1912, il est condamné à la détention préventive : il est inculpé de pédophilie et de détournement de mineures. Les accusations s'avèrent finalement non fondées, mais Schiele doit passer 24 jours en prison : l'artiste exprime cette expérience traumatisante dans la célèbre série sur la prison.

En juin 1915, un an après le début de la Première Guerre Mondiale, il est destiné à Prague après un deuxième recrutement. Ce même mois, il se marie avec Edith Harms, fille d'une famille aisée.

Dès la fin de 1915, son art expressionniste cède devant un plus grand rapprochement du naturel, ce qu'il exprime notamment dans ses nus féminins et ses portraits, de plus en plus réalistes.

À la mort inattendue de Gustav Klimt, au début de 1918, Egon Schiele est considéré comme son héritier légitime dans la scène artistique de Vienne.

En mars 1918, il atteint le succès financier suite à la 49ème exposition de la Sécession viennoise : l'artiste obtient des commandes lucratives de portraits et la demande de ses nus érotiques augmente.

À quelques jours de la fin de la guerre, le 28 octobre 1918, l'épouse de Schiele, Edith, qui était enceinte, meurt de l'épidémie dévastatrice de « grippe espagnole ». Trois jours plus tard, Egon Schiele décède de cette même maladie.

×

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation. Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.